Qu'est-ce que la charte? 

Le MAUV et l’équipe de Gériatrie sociale, CommunAînés, reconnaissent que tout aîné a le droit à son intimité et à un épanouissement sur le plan sexologique. Selon cette philosophie, les pratiques légales permettant de préserver la santé sexuelle, le bien-être, la pudeur, l’intégrité sexuelle et la sécurité doivent être accessibles à l’aîné. La notion d’intimité, englobant toutes les sphères sous-jacentes, doit en tout temps être honorée. Il est primordial de s’assurer de ne pas porter préjudice à l’aîné, sa famille, son proche aidant, son intervenant ou à autrui.

Charte sur la BIENTRAITANCE
des aînés quant à l'aspect sexologique

Objectifs

Repérer, Informer et Sensibiliser sur le fait que le droit à une santé sexuelle est équivalent au droit à toute autre sphère de la santé. Par conséquent, l’aîné a le droit, s’il le désire et

l’exprime, à maintenir une vie sexuelle active. Il va de soi qu’il a le droit d’être accepté, écouté et conseillé dans le cadre de la charte des droits et libertés de la personne et ce peu importe son milieu de vie.

 

Permettre à l’aîné, un espace propice et sécuritaire permettant la préservation de la bientraitance sur le plan sexologique.

 

Limiter les problèmes de santé de l’aîné rattachés à une activité sexuelle pouvant résulter en des conséquences reliées aux points désignés dans la préface.

 

Orienter l’aîné, qui exprime son désir, vers l’organisme communautaire, privé ou du réseau de la santé et des services sociaux (infirmière, médecin, sexologue, psychologue, etc.) qui sera le plus apte à l’écouter, le conseiller ou l’assister dans les besoins liés à l’épanouissement de sa santé sexuelle.

 

Protéger et Respecter l’intimité de l’aîné et la confidentialité entourant les aspects de sa santé sexuelle, tout en respectant les points présentés dans la préface.

 

Respecter les limites physiques et morales du milieu de vie de l’aîné en matière de prévention des infections ou maladies ou pour sa sécurité.

Actions

Le consentement libre et éclairé de la part de l’aîné doit, en tout temps, être validé. En cas d’inaptitude, la personne mandataire ou représentante légale peut être informée et peut exprimer son avis, avec l’autorisation de l’aîné, en ce qui concerne la situation. Toutefois, si le mandat de protection, notarié, comprend une clause à l’égard de la bientraitance sexuelle, le consentement du mandataire ou le représentant légal est priorisé.

 

L’activité sexuelle doit avoir lieu, sans porter atteinte aux points désignés dans la préface, de façon discrète et dans l’intimité (chambre d’une des personnes participantes). Le personnel ou proche aidant, si présent, doit s’assurer de la sécurité des personnes participantes dans les limites morales du milieu de vie.

 

Toute information appropriée concernant la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) est rendue disponible et accessible à l’aîné, en collaboration avec le MAUV ou CommunAînés.

 

L’aîné est responsable de l’aspect financier relié à la pratique de toute activité sexuelle (accessoires, documentation, services, etc.). Un professionnel ou proche aidant peut le diriger ou l’aider à contacter les personnes qui peuvent l’aider à se procurer le nécessaire lui permettant la pratique de l’activité sexuelle.

 

Toute remarque déplacée, de toute personne fréquentant le milieu de vie de l’aîné, en lien avec les activités sexuelles, l’identité de genre et l’orientation sexuelle ne sera pas tolérée.

 

Conformément avec le Code criminel canadien, le code d’éthique du MAUV et CommunAînés, les relations à caractère sexuel avec un intervenant ou tout autre professionnel d’accompagnement, sont prohibées et considérées illégales.

 

Le MAUV et CommunAînés se réservent le droit d’intervenir advenant le cas d’un manque de respect à cette charte ou dans l’éventualité qu’un aîné puisse subir un préjudice en lien avec la préservation de sa santé sexuelle ou la bientraitance quant à l’aspect sexologique.